fbpx Skip to main content
reconversion-professionnelle

Que ce soit par envie de devenir son propre patron ou par nécessité de devoir créer son activité, la reconversion professionnelle est un sujet qui suscite beaucoup d’intérêt et soulève beaucoup de questions. Aujourd’hui, plus de 9 français actifs sur 10 ont envie de changer de vie professionnelle…Mais lorsqu’on est un actif, une reconversion professionnelle s’organise.

Comment quitter son emploi ? Comment créer sa propre entreprise ? Quelles sont les aides que vous pouvez obtenir pour réussir votre reconversion professionnelle ?

A lire dans cet article !

En bref

Qu'est-ce que la reconversion professionnelle ?

La reconversion professionnelle est une démarche qui vise à changer de métier ou de statut professionnel.

En savoir plus

Qu'est-ce que le CEP ?

Le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) est un dispositif d’accompagnement personnalisé proposé à toute personne active souhaitant faire le point sur sa situation professionnelle.

En savoir plus

Combien coûte la création d'une entreprise ?

La création d’une entreprise peut coûter de 0 € à 1 500 € et plus selon le statut juridique et le niveau d’accompagnement choisi.

En savoir plus

1. Se reconvertir professionnellement : de l’idéation au projet

Depuis toujours, nous avons été formatés pour devenir salarié, c’est un fait. Faire des études, trouver un CDI et gagner des revenus satisfaisants.  Le CDI est une sécurité pour bon nombre d’entre nous, sauf que certains souhaitent choisir une autre voie : la création de leur propre entreprise.

Bien souvent, c’est la situation du marché du travail qui incite de nombreuses personnes à lancer leur propre affaire, plutôt que de chercher un emploi salarié. 

Crise de de l’emploi sur fond de crise sanitaire, les périodes de confinement en 2020 et 2021 ont donné une impulsion à des salariés en mal d’avenir professionnel pour se reconvertir et créer leur propre entreprise.

A savoir

Selon Les Echos, près de 850.000 entreprises ont été créées l’an passé en France, soit presque 35.000 de plus qu’en 2019. Les micro-entreprises continuent à avoir le vent en poupe, particulièrement dans les secteurs les plus affectés par la crise sanitaire. Lire aussi : Pourquoi créer sa société en ligne en 2021 ?

Effectivement, la création d’entreprise continue de bien se porter en France, notamment grâce à l’émergence de nouveaux marchés : le e-commerce, la livraison de services et de repas, la consommation locale, le Bio et la communication à distance. De quoi donner envie de se lancer sans dépendre d’un patron !

2. Reconversion professionnelle : comment quitter son emploi pour créer son entreprise ?

Si vous envisagez de quitter votre emploi pour monter votre affaire en 2021, démissionner est la solution la plus rapide…Mais ce ne serait pas la meilleure pour créer sereinement une entreprise.

Plusieurs possibilités existent afin de vous libérer du temps, sans prendre de risques, tout en lançant une nouvelle activité en parallèle :

  • Le congé pour création d’entreprise

Ce dispositif vous permet de suspendre temporairement votre contrat de travail pour vous consacrer à votre création d’entreprise. L’avantage est que vous avez la possibilité de réintégrer votre poste à l’issue du congé. Il s’agit donc d’une sécurité d’emploi en cas d’échec du projet.

Vous devrez remplir certaines conditions et effectuer votre demande de congé en bonne et due forme auprès de votre employeur.

  • Travailler à temps partiel pour création d’entreprise

Également sous conditions, notamment d’ancienneté, vous pouvez demander à votre employeur un passage à temps partiel pour création d’entreprise. En cas d’acceptation, cet aménagement peut durer 1 an et être renouvelé 1 fois. Bien évidemment, le salaire sera versé au prorata du temps de travail.

  • Démissionner pour reconversion professionnelle : les allocations chômage

Dans le cadre de votre projet de reconversion, il se peut très bien que vous souhaitiez quitter définitivement votre emploi. Cela peut par exemple être le cas si vous avez besoin de suivre une formation qui vous prendra beaucoup de temps. 

A ce sujet, prenez le temps de vous renseigner sur vos droits acquis en formation sur votre Compte Personnel de Formation (CPF). Vous pouvez l’utiliser et choisir directement une formation auprès des organismes certifiés, de vous y inscrire et de la financer (à hauteur de vos droits). Le Compte Personnel de Formation (CPF) est entré en vigueur depuis le 1er janvier 2015. Il permet à tous les salariés, demandeurs d’emploi et jeunes diplômés, de disposer d’un compte qui « centralise les dispositifs d’accès à la formation continue ». Le CPF finance de nombreuses formations à distance également.

A savoir

Jusqu’à présent, à moins de faire partie d’un plan de licenciement économique, d’être en fin de CDD ou d’obtenir une rupture conventionnelle, il n’y avait aucune possibilité pour percevoir des allocations chômage en démissionnant. Mais, depuis novembre 2019, un nouveau dispositif permet de bénéficier des allocations chômage dans le cadre d’un projet de reconversion professionnelle. Pour cela, il faut réunir plusieurs conditions :

– Être en CDI et justifier d’au moins 5 ans d’activité salariée continue, chez un ou plusieurs employeurs ;
– Avoir un projet de reconversion professionnelle préparé et reconnu comme étant réel et sérieux ;
– Demander un conseil en évolution professionnelle (CEP) avant de démissionner ;
– Préparer un dossier afin d’obtenir l’attestation de caractère réel et sérieux de votre projet avec le conseiller CEP.

3. Créer une entreprise et se reconvertir : quelles aides ?

Créer son entreprise en 2021 n’a jamais été aussi simple. 

Plusieurs solutions sont à la portée des entrepreneurs afin de financer leur projet de création d’entreprise. Si certains financements sont connus de tous, il existe des moyens moins connus pour obtenir plusieurs sources de financement.

En premier lieu, il est judicieux de vous renseigner auprès d’organismes qui pourraient vous donner un coup de pouce au démarrage car en fonction de votre situation (salarié, demandeur d’emploi ou travailleur handicapé) diverses aides ou subventions peuvent vous être octroyées.

  • Si vous êtes demandeur d’emploi des aides spécifiques sont prévues, vous les retrouverez dans notre article dédié ;
  • L’ACRE ou NACRE proposé par le Pôle emploi ;
  • Les dispositifs de la BPI : vous pouvez vous rendre sur le site afin d’étudier l’ensemble des offres proposées et trouver celle qui correspondra à votre projet ;
  • Des prêts à taux avantageux ;
  • Des dispositifs fiscaux avantageux : ainsi, il existe des réductions d’impôt sur le revenu pour les personnes qui investissent dans les jeunes PME, cela peut motiver des personnes à investir dans votre projet, par exemple.

Lire aussi : les solutions pour financer son entreprise

Votre Centre de formalités des Entreprises (Chambre de commerce, chambre des métiers…) peut également vous accompagner dans votre démarche de recherche de financement.

3. Créer une entreprise : combien ça coûte ?

Avant toute chose, il vous faudra choisir une structure de société adaptée. Micro-entreprise, entreprise individuelle, EIRL, EURL, SARL, SA, SAS, SASU…Pas simple de s’y retrouver parmi les statuts juridiques existant à l’heure actuelle. Malgré tout, ce choix stratégique ne peut être effectué avec précipitation. 

En effet, il est nécessaire de prendre en considération plusieurs éléments avant de se lancer : le type d’activité, le capital investi, l’existence ou non d’associés, le niveau de responsabilité souhaitant être endossé…et ce, avant de créer votre entreprise

N’hésitez pas à vous faire conseiller ! Pour en savoir plus sur les différents statuts, vous pouvez consulter nos fiches pratiques.

Au final, le coût de création d’une entreprise dépendra surtout du niveau d’accompagnement que vous aurez choisi pour accomplir les différentes démarches administratives et légales.

Vous avez en ligne des solutions rapides et peu onéreuses pour rédiger vos statuts tout en obtenant votre extrait Kbis en quelques jours.

Nous vous indiquons un récapitulatif des frais de création à prévoir :

Formalités

Coût

Rédaction des statuts

0 € à 1500 €

Capital social

Minimum 1 €

Annonce légale

200 € en moyenne

Frais d’immatriculation

Entre 40 € et 130 €

Registre des bénéficiaires effectifs

21 € en moyenne

Hormis les frais obligatoires, des dépenses liées à l’installation et à l’activité de votre entreprise seront également à anticiper selon l’ambition de votre projet entrepreneurial : création d’un site internet, dépôt de marque à l’Inpi, publicité, etc…

Votre reconversion professionnelle se prépare ! Pour réussir votre création d’entreprise, prenez rendez-vous avec l’un de nos conseillers.