fbpx Skip to main content

La RSE (La responsabilité sociale des entreprises) est de plus en plus prise en compte dans les petites et moyennes entreprises. Mais qu’est-ce que la RSE au juste ?

Lorsqu’on parle de RSE, on parle de la mise en pratique du développement durable par les entreprises. Il n’est pas question uniquement d’écologie ! En fait, cette démarche doit permettre à l’entreprise de mieux répondre aux défis auxquels elle est confrontée et aux attentes de ses parties prenantes : ses clients, les consommateurs, les syndicats ou actionnaires.  Une entreprise qui pratique la RSE va concrètement chercher à avoir un impact positif sur la société, respecter son environnement tout en étant viable économiquement.

Il s’agit en quelque sorte d’une nouvelle vision de son rôle et de sa responsabilité dans la société.

Dans cet article, nous revenons sur la démarche RSE, son but et son application dans l’entreprise.

RSE

Résumé de l’article

Que veut dire RSE ?

RSE signifie Responsabilité Sociale des Entreprises. C’est un concept qui désigne la façon dont les entreprises intègrent les préoccupations sociales et environnementales à leurs activités.

Quels sont les 3 piliers de la RSE ?

La RSE peut se diviser en 3 piliers fondamentaux : les mesures économiques, les mesure sociales et les mesures environnementales.

En savoir plus

Pourquoi s'engager dans une démarche RSE ?

Implémenter une démarche RSE au sein de son entreprise a un impact direct sur les performances de celle-ci : économies, meilleure gestion des risques, avantage concurrentiel, amélioration de la marque employeur, …

1. La RSE, c’est quoi ?

La Commission européenne a donné la définition suivante de la RSE qui :

« Est un concept qui désigne l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes. »

En pratique, les entreprises qui s’engagent à mettre en place la RSE (La Responsabilité Sociale des Entreprises) vont intégrer, de façon volontaire, des dimensions sociales et environnementales bien au-delà du cadre légal qui leur est imposé. Elles vont, par exemple, favoriser l’équilibre et le bien-être au sein de ses équipes (Respect du droit du travail, promotion de la diversité au sein des collaborateurs, favoriser l’égalité hommes/femmes ou l’emploi des séniors), s’ouvrir à des nouveaux modèles économiques (location de matériel plutôt que vente, développer la réparabilité des produits vendus, etc.) et déployer des bonnes pratiques environnementales (économie d’énergie, recyclage, diminution des déchets…).

À savoir : Depuis l’adoption de la loi Pacte en 2019, toutes les entreprises françaises sans exception, doivent « prendre en considération » les enjeux environnementaux et sociaux dans la gestion de leurs activités. Si la démarche est volontaire pour la majorité des entreprises, notons que les entreprises cotées en bourse et les entreprises de plus de 500 employés (ou générant un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros) ont une obligation de fournir un “reporting extra-financier” annuel, appelé “reporting RSE”.

Néanmoins, toutes les entreprises, quels que soient leur taille, leur statut ou leur secteur d’activité, devraient se sentir concernées par la démarche de RSE.  Celle-ci est importante pour la pérennité de leurs affaires commerciales.

En effet, d’après l’enquête menée par Bpifrance en 2019 intitulée “RSE : la parole aux fournisseurs”, plus de 70% des fournisseurs sont régulièrement sollicités par leurs clients sur des sujets RSE. Cela s’explique car les PME/TPE sont souvent partenaires commerciaux de grandes entreprises qui elles-mêmes doivent mettre en place des mesures de surveillance pour prévenir les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance. Il est évident qu’au regard de leur engagement RSE et de la loi sur le devoir de vigilance, il serait invraisemblable qu’un lien commercial soit maintenu avec une PME polluante, qui viole les droits humains ou qui favorise des pratiques corruptives.

2. RSE : les 3 piliers fondamentaux

Évaluer l’impact de ses activités en matière environnementale et sociétale va d’abord permettre à l’entreprise de mieux identifier et maîtriser les risques auxquels elle pourrait être confrontée. Elle va aussi être en capacité d’agir plus efficacement pour réduire son empreinte, mieux s’adapter aux nouvelles contraintes et trouver de nouvelles opportunités économiques.

Nous retrouvons une large notion de développement durable qui repose sur 3 piliers fondamentaux : Les aspects économiques, le social, l’environnement et les engagements en faveur du développement durable.

Citons quelques exemples de mesures s’inscrivant dans une démarche RSE :

Mesures Économiques :

  • Satisfaire et fidéliser les clients ;
  • Assurer la qualité de service ;
  • Proposer une tarification équitable ;
  • Soutenir les fournisseurs et acteurs locaux ;
  • Régler les factures dans les délais ;
  • Faire preuve de transparence sur ses conditions de production.

Mesures Sociales :

  • Renforcer l’égalité des chances et la diversité ;
  • Favoriser l’égalité professionnelle ;
  • Privilégier le télétravail ;
  • Garantir l’hygiène et la sécurité sur le lieu de travail ;
  • Respecter du droit du travail ;
  • Former le personnel.

Mesures Environnementales :

  • Utiliser de manière efficace et durable les ressources naturelles (le pétrole, le gaz et l’eau) ;
  • Réduire l’émission des GES (les gaz à effets de serre) ;
  • Limiter les déchets et recycler ;
  • Favoriser la diversité biologique.

Une entreprise qui s’engage dans une démarche de RSE peut mettre en place différents types d’actions. Pour autant, il ne s’agit pas de les actionner toutes en même temps, mais de travailler sur celles qui correspondent le plus aux problématiques de l’entreprise.

3. Démarche RSE : Quels bénéfices pour l’entreprise ?

Pour l’entreprise, une démarche de RSE est rapidement récompensée par une meilleure performance globale : elle réalise des économies, gère mieux ses risques, se différencie davantage de la concurrence, attire de nouveaux collaborateurs et fidélise davantage ses employés…

Pour les autres parties prenantes de l’entreprise, on constate de meilleures relations fournisseurs, une crédibilité accrue auprès des actionnaires ou partenaires financiers, un meilleur dialogue social, une acceptabilité sociale de son activité, une ouverture sur d’autres marchés et une meilleure gestion des risques pour les actionnaires…

De nombreuses études convergent également sur le fait que les entreprises pratiquant la RSE sont des entreprises plus performantes économiquement.

Si vous réfléchissez à améliorer votre RSE, rapprochez-vous de votre principale cible :  vos clients, qui sont la partie prenante la plus concernée ! N’hésitez pas à mener des sondages auprès d’eux, ou à les faire participer à votre démarche en mettant en place un programme participatif de consommateurs témoins. Leurs retours pourraient bien vous fournir des pistes d’amélioration pour votre démarche RSE.

Formalités juridiques

Attractivité, différenciation, motivation, innovation, maîtrise des risques…autant d’opportunités que l’entreprise peut saisir avec la RSE pour prendre un coup d’avance sur ses concurrents. Certains labels comme le Label Lucie ou l’AFAQ 26000 permettent de montrer votre investissement dans la RSE et d’accompagner le déploiement de la stratégie RSE dans votre entreprise.

 

Besoin de conseils ? Contactez notre équipe et prenez RDV gratuitement.

Commencez les démarches

Fiscalité d’entreprise et charges sociales

Comment externaliser sa comptabilité ?

Lorsque vous débutez votre activité, la question de la gestion de votre comptabilité est une…
Gérer mes associés

L’actionnariat salarié : fonctionnement et avantages

Depuis longtemps en France, les pouvoirs publics ont développé des méthodes pour associer plus étroitement…
Actualité

Top 5 des livres à lire avant de créer son entreprise

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ? Pour ce faire, il faut bien…
Exercer un métier

Devenir agent immobilier indépendant : le guide complet

Un agent immobilier n’est autre qu’un professionnel réalisant des opérations sur des biens immobiliers appartenant…