4 minutes de lecture

Le gouvernement a annoncé en ce milieu du mois d’août 2020 l’obligation de porter le masque au bureau. Cela vient évidement soutenir les gestes barrières et endiguer la propagation du virus, sans mettre un coup de frein à l’économie, contrairement à la période de confinement que nous avons connue en mars et avril. Toutefois, cette mesure ne pousse-t-elle pas plutôt à réinventer nos lieux de travail pour de bon ?

1. Revenir à l’essence même de ce qu’est le bureau

La période de confinement, pour ceux qui ont eu la chance de continuer à travailler, nous a poussé très vite à nous demander ce qu’était réellement le bureau. Est-ce simplement, comme le laisse supposer le mot, un support sur lequel travailler ? Je ne pense froisser personne en disant que non, le bureau dans le sens où on l’entend ici comprend bien plus de choses.

Tout d’abord, avant de parler productivité et résultats, le bureau est un élément indispensable du lien social. Nous sommes bien souvent attirés, non pas par les infrastructures de nos bureaux aussi belles soient-elles, mais bien par les liens que nous avons réussi à créer avec nos collègues, qui deviennent parfois de véritables amis.

Ce lien social, qui peut aller de la collaboration la plus forte à la simple pause-café, nous semble très vite indispensable lorsque il est rompu. Il nous reste alors comme un manque : nous sommes finalement assez seuls face à nos tâches quotidiennes.

La vie de bureau est aussi là pour créer un vrai esprit d’équipe, ce qui est de plus en plus caractérisé de nos jours par la « culture d’entreprise ». Le bureau est plus qu’un simple espace de travail, il devient véritablement un espace d’échange, de convivialité, voire même de plaisir, comme on peut le voir dans l’aménagement d’espaces de coworking comme WeWork ou Anticafé. Ces instants plaisirs peuvent aussi devenir l’occasion de créer de nouvelles façons de travailler et de rencontrer d’autres personnes, à l’image d’apéro meet-up, ou même de « speed dating professionnels ».

Enfin, et cela reste au cœur des préoccupations, le bureau est bien sûr le moyen privilégié pour booster la productivité d’une entreprise. Au-delà du schéma classique des réunions, on se rend très vite compte lorsque l’on est éloigné physiquement de nos collaborateurs qu’une large partie des informations que l’on donne et que l’on reçoit passent par les échanges impromptus. Le fait de poser une simple question peut devenir bien plus compliqué lorsque les échanges se font à distance : a-t-il bien compris ma demande ? Le ton que j’ai employé était-il clair ? En effet, il n’est de secret pour personne que bon nombre d’informations passent aussi par les gestes et le ton. Et si les applications de visioconférences ont pu remédier en partie à cela, il est très vite apparu que rien ne vaut le lien social direct, en face à face.

Cependant, le bureau et ses implications (dont le fameux métro-boulot-dodo) connait ses limites. L’obligation du port du masque en entreprise, et donc la déshumanisation des relations dont les sourires sont masqués porte à revoir tout le modèle. Cela nous amène-t-il à mettre le télétravail au centre ?

2. Le télétravail désormais au coeur des préoccupations

Bien sûr, le tableau n’est pas entièrement noir concernant le télétravail. Si les liens sociaux que l’on entretient avec nos collègues ont pu être altérés, il est clair que cette curieuse période nous a montré ce que beaucoup de chefs d’entreprises ne voulaient pas voir : oui, on peut être efficace en télétravail.

Si nous les avons évoqués auparavant pour leurs côtés négatifs, les applications de visioconférence et plus largement de productivité n’ont jamais été autant utilisées pendant cette période. De nouvelles manières de collaborer ont vu le jour, plus technologiques que jamais : il est maintenant normal de suivre une feuille de route partagée en ligne d’un projet, pour en suivre au jour le jour les avancées. Ce qui auparavant était souvent vu comme de la « réunionite » passe aujourd’hui par de nouvelles manières de voir comment l’on doit organiser notre travail, ainsi que celui des autres. Des applications comme Notion, que je ne maitrisais pas quelques mois auparavant, m’ont notamment appris une nouvelle organisation de mes tâches, plus claire et concise que jamais.

De plus, le télétravail nous a aussi montré un atout non négligeable : la flexibilité. Besoin de partir un week-end au vert pour décompresser ? Pas de problème, le télétravail permet de travailler de partout. Besoin d’adapter ses horaires à cause de contraintes familiales ? Le télétravail rend les transitions vie de famille-vie professionnelle beaucoup plus faciles. Toutefois, on peut aussi apporter un point d’ombre à la flexibilité : la tendance à ne plus faire de différence entre le professionnel et le privé. Forcément, lorsque l’on travaille à domicile, notre lieu de vie se transforme en bureau pour des journées qui peuvent s’allonger. Il est donc nécessaire de se mettre des barrières : fixer ses heures de « bureau », et ne plus répondre aux mails ou messages après une certaine heure, pour que notre domicile reste avant tout un lieu de vie !

Enfin, et c’est une nouveauté que nous vivons, notre chez-soi contribue désormais beaucoup à un sentiment de sécurité. Il devient aujourd’hui presque irraisonnable de se déplacer sur son lieu de travail, et donc de multiplier les points de contacts avec de potentiels malades. Sans forcément tourner dans la pyschose, notre domicile devient un cocon protecteur, où l’on peut désormais (presque) tout faire !

Dès lors, les avantages du télétravail sont nombreux, mais ne remplacent pas de vraies relations humaines. Quel équilibre trouver pour garder cette énergie et culture du bureau, avec la flexibilité et le confort du télétravail ? Et si le bureau itinérant était une solution ?

3. Réinventer nos lieux de travail

Il semble donc inévitable de trouver de nouveaux rythmes de travail. En effet, le port du masque obligatoire est un pas supplémentaire qui nous amène à repenser à notre équilibre de travail, notre confort, mais aussi et surtout le rythme que nous souhaitons adopter. Mais quelle répartition vie de bureau & télétravail pourrions-nous envisager ?

  • Par semaine : 2 ou 3 semaines de bureau, 1 semaine de télétravail. Cela offre de vraies coupures et une organisation qui va permettre de structurer ses projets en fonction de ce rythme ;
  • Par jour : 3 jours de bureau, 2 jours de télétravail. Ce rythme permet un contact plus régulier avec ses collaborateurs, tout en permettant aussi une grande liberté de déplacement : il devient beaucoup plus pratique de partir en week-end prolongé, tout en continuant à travailler ;
  • Alterné : 1 jour de bureau, 1 jour de télétravail. Cela sort de toute routine puisque chaque jour demande de nouvelles habitudes.

Toutefois, faut-il se cantonner à deux lieux de travail ? Passer du bureau à chez soi avec un rythme sain : est-ce la solution ? Ne faut-il pas repenser ce même modèle pour trouver de nouveaux lieux de collaboration ?

Les free-lances, par la liberté qui les définit, ont beaucoup à nous apprendre en ce sens. Ils inventent tous leur mode de travail. Ils cherchent à tout prix à découvrir le modèle de vie qui les épanouit pleinement. Certes, ils sont indépendants de toute équipe, mais ils poussent le modèle de la flexibilité au travail à son paroxysme : coworking, cafés, à domicile, avec des amis, à l’autre bout du monde… les modèles sont variés et leur permettent de ne jamais rentrer dans une routine, et de toujours stimuler leur créativité et productivité.

Autres

Décidément, l’arrivée obligatoire des masques va peut-être provoquer un départ massif des bureaux pour trouver de nouveaux modèles qui correspondent autant aux entreprise qu’aux employés. Il faut évidemment tempérer ces choix avec l’effacement de la frontière entre la vie personnelle et professionnelle pour réussir à décrocher en fin de journée, même sans bouger de chez soi.

Valentin Vieux

Valentin Vieux – Brand Manager

 

Fraîchement diplômé de l’ESCP Business School, Valentin a toujours eu une grande affinité pour les mots et la littérature, autant que pour la musique. Responsable de la marque chez Formalizi, il vous donnera la dose de fraîcheur entrepreneuriale dont vous avez besoin au quotidien !

Documents annexes

5 bonnes raisons d’assurer son entreprise dès sa création

Article invité rédigé par les équipes d'Easyblue.  La grande oubliée quand on commence son business,…
Créer une entreprise

Les erreurs à ne pas commettre lorsque l’on lance son entreprise

Entreprendre est une aventure passionnante mais qui signifie changer son mode de vie. Lorsqu’on souhaite…
Fermeture de société

Quelles sont les différences entre dissolution, liquidation et radiation de société ?

Tout entrepreneur ou futur chef d'entreprise se pose souvent des questions relativement à la création…
Documents annexes

Quelles sont les différences entre pacte d’associés et pacte d’actionnaires ?

Le pacte d’actionnaires et le pacte d’associés sont des contrats qui viennent s’ajouter aux statuts…