6 minutes de lecture

Article mis à jour le 17 juin 2020.

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) permet aux entrepreneurs de créer leur entreprise seuls, tout en profitant des avantages de la forme sociétale. De part cette forme, la notion de capital social joue donc un rôle central.

L’EURL est constituée d’un associé unique qui peut être également le gérant de la société. En constituant une EURL, la responsabilité de l’associé unique est limitée au montant et au type de ses apports. De plus, son patrimoine personnel est protégé.

La création d’une EURL est simple mais elle requiert néanmoins un capital social de départ en fonction de la nature et des besoins de l’entreprise.

Alors, que faut-il savoir sur le capital social en EURL ? Formalizi vous explique tout dans ce guide complet. 

Le capital social en EURL

1. Quelle est l’utilité du capital social ?

Lors de la création de l’EURL, le capital social représente la totalité des apports réalisés par l’associé unique.

Dans les sociétés à responsabilité limitée, il octroie des droits aux associés : le droit de percevoir des dividendes, le droit d’information et le droit d’agir en justice.  En échange de leurs apports au capital social, le où les associés d’une entreprise à responsabilité limitée perçoivent des parts sociales.

Dans une EURL,  l’associé unique détient l’ensemble des parts et donc l’intégralité des pouvoirs. Il concentre tous les pouvoirs qui sont normalement conférés à l’ensemble des associés.

Plusieurs types d’apport sont possibles :

  • les apports en numéraire (une somme d’argent), les plus communs ;
  • les apports en nature (des biens, immeubles, véhicules) ;
  • ou les apports en industrie (un savoir-faire, des connaissances, un travail etc.).

Le montant du capital social va varier selon la capacité financière que l’associé unique peut investir dans l’EURL. Il dépend aussi du type d’activité que l’entrepreneur souhaite créer.

Le capital social permet à la société de développer ses activités en disposant de fonds nécessaires à son développement et à son fonctionnement. Il s’agit du premier financement dont bénéficie l’entreprise. Un capital permet également d’assurer la crédibilité de l’entreprise vis-à-vis des banques, de ses partenaires et fournisseurs.

À savoir : On peut créer une entreprise avec seulement un euro de capital social mais attention à réfléchir à l’ensemble des éléments dont l’entreprise aura besoin pour débuter son activité et augmenter les chances de succès.

2. Quel est le capital minimum requis en EURL ?

Jusqu’en 2003, le capital social minimum d’une EURL était fixé à 7500 €. La loi pour l’initiative économique du 1er Août  2003 a retiré cette obligation financière en abaissant le minimum requis à 1 €, afin de promouvoir et faciliter la création d’entreprise.

Le créateur d’une EURL a la liberté de déterminer le capital social de son entreprise. La loi ne mentionne rien d’obligatoire concernant la fixation du capital social.

Enfin, le dépôt du capital social en banque fait partie des premières formalités à accomplir lors de la création de l’entreprise. Vous pouvez désormais déposer facilement votre capital social en ligne, notamment grâce à des banques en ligne comme Qonto. 

À savoir : le capital social peut toujours évoluer en cours de vie sociale.

3. Peut-on modifier le capital social d’une EURL ?

Au cours de la vie de l’entreprise, l’associé unique de l’EURL aura la possibilité de modifier le capital social en l’augmentant ou le réduisant. Toutefois cela induit une modification statutaire et un certain nombre de formalités à accomplir (dossier de modification à déposer, publications légales…).

L’augmentation de capital

Il y a plusieurs manières d’augmenter un capital social d’une EURL :

  • L’augmentation de capital en réalisant de nouveaux apports.
  • L’augmentation de capital en incorporant des réserves et ou des bénéfices.
  • L’augmentation de capital par compensation de créances.

La procédure :

Il faut constituer la liste des apports prévus, rédiger un PV de décision d’augmentation de capital, publier un avis de modification dans un journal d’annonces légales, modifier les statuts, remplir un formulaire M2 puis déposer le dossier d’augmentation de capital au CFE ou au greffe du tribunal compétent.

La perte de capital social

Le Code du Commerce impose à une entreprise en EURL de toujours avoir en fonds propres au moins la moitié du montant de son capital social.

Lors de l’examen de la clôture de l’exercice comptable de l’entreprise, si l’EURL est en situation de perte de la moitié de son capital social, la loi estime que l’entreprise n’est plus financièrement viable.

Dans un délai de quatre mois, le ou les associés de l’entreprise doivent décider de son avenir.

Plusieurs solutions existent :

  • la dissolution de la société ;
  • le maintien de l’activité afin de reconstituer les capitaux dans un délai de deux ans ;
  • l’augmentation de capital social.

Dans la majorité des cas, le maintien de l’activité est décidé.

À savoir : la perte de capital social nécessite de réaliser des formalités de publicité auprès du tribunal de commerce et d’un journal d’annonce légale.

4. Qu’est ce qu’un capital variable ?

En créant votre société, le créateur peut choisir un capital fixe ou variable.

En optant pour un capital variable, une fourchette sera indiquée dans les statuts : le capital social minimum et le capital social maximum.

L’avantage du capital variable étant de pouvoir procéder à un changement de capital social sans avoir de formalité à accomplir tant que le capital social reste dans la fourchette définie.

5. Quels types d’apports effectuer en EURL ?

Il existe trois types d’apport :

Apport en numéraire : il s’agit de l’apport le plus courant. L’associé apporte une somme d’argent au capital. La loi contraint l’associé unique à libérer immédiatement au moins 20 % des apports en numéraire. Le solde pourra être libéré en une ou plusieurs fois dans les cinq ans.

Apport en nature : l’associé apporte un bien matériel ou immatériel à la société. L’apport en nature doit être libéré intégralement lors de la réalisation de l’apport, il n’y a aucune notion de libération partielle.

Apport en industrie : cet apport consiste à apporter un savoir-faire à la société. Ce type d’apport ne participe pas à la formation du capital social, en revanche l’associé unique reçoit tout de même des parts sociales en contrepartie de l’apport en industrie.

À savoir : les apports en nature ou industrie devront faire l’objet d’une évaluation par l’associé lui-même ou un commissaire aux apports, en fonction de la valeur de l’apport.

Enfin, pour les sociétés commerciales il est obligatoire de déposer le capital social mentionné dans les statuts avant d’obtenir le KBis.

Le capital social est déposé à la caisse des dépôts et des consignations, auprès de sa banque ou auprès d’un notaire.

Financer son entreprise

Le capital social est dès lors un élément fondamental dans la constitution de l’entreprise. Il faut aussi savoir que l’associé unique d’une EURL qui souhaite accueillir un nouvel associé pour développer son entreprise, peut le faire grâce à une augmentation de capital social. L’EURL deviendra alors une SARL (Société à Responsabilité Limitée), sans avoir à transformer fondamentalement l’entreprise.

Enfin, si vous souhaitez en apprendre plus sur la gestions des parts sociales en EURL, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

Besoin d’accompagnement dans la création de votre EURL ? N’hésitez plus et prenez rendez-vous gratuitement avec l’un de nos conseillers Formalizi. 

Commencez les démarches

Gérer mon entreprise

Comment faire une déclaration préalable à l’embauche (DPAE) ?

Peu importe le type de contrat ou le secteur d’activité, lorsqu’un employeur souhaite embaucher un…
Créer une entreprise

Domiciliation commerciale pour une EURL : quels avantages ?

Dans le processus de création d’entreprise, la domiciliation commerciale est une étape indispensable et obligatoire…
Créer une entreprise

Qui peut être concerné par la DPAE ?

Vous le savez : l’embauche d’un salarié donne lieu à différentes formalités obligatoires. À l’issue…
Créer une entreprise

Comment rédiger vos CGV ?

Les Conditions Générales de Vente (CGV) sont un document juridique édité par un fournisseur à l’attention…

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le capital social en EURL ?

En EURL, le capital social représente la totalité des apports à la société réalisés par l’associé unique.

Quel est le capital social minimum en EURL ?

Depuis la loi de l’initiative économique du 1er août 2003, le capital social minimum pour créer son EURL est de 1€ symbolique. Pratique pour les nouveaux entrepreneurs souhaitant se lancer !

Quels sont les différents types d'apport en capital ?

Il existe trois types d’apport en capital :
  • L’apport en numéraire (de l’argent) ;
  • L’apport en nature (biens immobiliers, véhicules, matériel) ;
  • L’apport en industrie (compétences, savoirs).

Comment réaliser un apport en capital ?

La plupart du temps, l’apport en capital se fait en déposant les sommes (apport en numéraire) sur son compte bancaire professionnel préalablement créé. Toutefois, pour les autres types d’apport, il faudra bien souvent faire appel à un notaire.

Manon

Manon

Manon est diplômée d'un Master I en Droit des affaires à l'Université Panthéon-Assas et d'un Master II en Droit fiscal à l'Université Paris Dauphine.