5 minutes de lecture

Créer une entreprise en France implique pour un entrepreneur d’effectuer de nombreuses démarches qui peuvent sembler laborieuses. Et pourtant une entreprise se crée toutes les minutes en France !

Avec l’impulsion donnée par la loi PACTE sur la volonté d’aider les créateurs d’entreprises, des démarches de plus en plus simplifiées et un accès à l’accompagnement en ligne,  l’entreprenariat bat des records dans l’hexagone. Quels conseils pour créer son entreprise ? Est-ce compliqué de se lancer ? Quelles sont les formalités à accomplir et quel statut choisir pour sa société ?

Nous vous détaillons dans cet article les 6 points essentiels à connaître pour créer votre entreprise !

Creer son entreprise : les points essentiels

1. Créer son entreprise est-ce compliqué ?

Créer son entreprise est un projet qui demande de la préparation et de la réflexion. Trouver une bonne idée n’est pas suffisant, faut-il encore se poser les bonnes questions et concevoir un plan solide.

La création de votre entreprise va vous demander du temps ainsi qu’un investissement personnel et financier. Pour démarrer sereinement votre activité, certaines étapes préalables à la création d’entreprise doivent être respectées.

En premier lieu vous devrez définir votre business modèle, c’est-à-dire établir quels seront votre marché et votre cible. L’étude de marché permettra de démontrer la valeur ajoutée et la viabilité de votre projet, avant de choisir la forme sociale de votre entreprise en fonction de la nature de votre activité et de votre volonté d’entreprendre seul ou à plusieurs.

L’étape suivante consistera à réaliser vos formalités de création : la rédaction des statuts, l’immatriculation au RCS, l’obtention de votre Kbis et de votre numéro de SIRET. Votre entreprise sera alors prête à accueillir ses premiers clients. Ces formalités sont simples et rapides à condition d’être bien accompagné et conseillé en amont de votre projet entrepreneurial.

2. Quelles formalités pour créer son entreprise ?

En ce qui concerne les formalités de création d’entreprise, cela dépend du statut juridique choisi par l’entrepreneur. Pour créer son entreprise, il faut se soumettre aux formalités administratives de création.

Cette étape est essentielle avant l’exercice de l’activité, pour être en règle et facturer vos premiers clients. Vous pouvez créer votre entreprise en ligne sur le site guichet des entreprises, le portail de l’auto entrepreneur ou sur une plate-forme web spécialisée.

De manière générale, les formalités sont :

  • La déclaration de l’entreprise ou de l’activité auprès de votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE).
  • La constitution et la transmission du dossier de déclaration de demande d’immatriculation.

Une demande d’autorisation pour les activités réglementées, si besoin.

3. Création d’une entreprise : quel statut juridique ?

Lors de la création d’une entreprise, il est très important de choisir le statut juridique adapté à l’activité et au projet.

L’entrepreneur peut choisir de créer une micro-entreprise, une entreprise individuelle (EI/ EIRL) ou une société (SARL, SASU, SAS, EURL).

Créer une entreprise sous le statut de micro entrepreneur est une alternative intéressante pour les entrepreneurs qui souhaitent se lancer seuls. Ce régime convient particulièrement aux petits projets compte tenu du plafond de chiffre d’affaire imposé. Il est important de préciser que ce statut n’accorde pas la possibilité de récupérer la TVA sur les achats.

La création d’une entreprise individuelle (EI) permet d’entreprendre seul et de développer plus facilement l’entreprise, en revanche il peut être stratégique de se tourner vers une forme sociétale de type SAS ou SARL, que ce soit pour se lancer seul ou à plusieurs. Ces statuts protègent le patrimoine personnel de l’entrepreneur et offrent plus de protection sociale.

4. Quelles aides pour créer son entreprise ?

L’entrepreneur peut bénéficier de plusieurs aides pour la création de son entreprise avec des conditions d’éligibilité.

Selon les cas, il peut prétendre aux :

  • aides du Pôle emploi comme l’ACRE et l’ARCE (aide à la reprise ou à la création d’entreprise).
  • dispositifs de BPI France, cet organisme placé sous tutelle d’état accompagne les entrepreneurs dans la recherche d’aide de financement.
  • aides financières des organismes privés.

À savoir : les allocations chômage peuvent être maintenues sous certaines conditions et sur une période déterminée par Pôle emploi.

5. Créer une entreprise : combien ça coûte ?

De nombreux entrepreneurs se demandent quel est le coût de création d’une entreprise, à la fois pour les procédures obligatoires auprès du CFE mais aussi pour les frais annexes. Dans les faits, les coûts diffèrent selon le type d’entreprise et la nature de son activité.

Il vous faudra débourser au moins 100 € pour faire rédiger vos statuts d’entreprise en ligne, 45 € pour déposer votre dossier au CFE (centre de formalités des entreprises) et 200 € en moyenne pour publier un avis dans un journal d’annonces légales.

Si vous confiez la rédaction des statuts de votre entreprise à un avocat spécialisé en droit des sociétés ou un expert-comptable, le professionnel vous demandera entre 900 € et 3000 € d’honoraires selon le niveau de complexité de votre société.

À savoir : Pour la création d’une société commerciale (SA, SAS, SARL, EURL) la publication d’un avis de création dans un journal d’annonces légales est une formalité obligatoire. Ce sont les journaux qui fixent eux même leur prix. N’hésitez pas à comparer les prix pratiqués par les différents titres.

6. Créer une entreprise sans apports ?

C’est au moment de mettre en place un projet de création d’entreprise qu’il faut définir les besoins en financement. Sachez qu’il est possible de créer l’entreprise sans apport en choisissant un statut juridique adapté qui n’impose aucune obligation concernant le capital social.

D’un point de vue financier, le statut de micro entrepreneur est certainement le statut le plus populaire pour lancer une activité sans capital social et sans frais de constitution. Cela peut parfaitement convenir au démarrage de certaines activités.

Néanmoins, vous avez également le choix entre plusieurs structures sociétales qui peuvent être créées sans aucun capital minimum imposé :

  • SAS (société actions simplifiée)
  • SASU (société actions simplifiée unipersonnelle)
  • EURL (société unipersonnelle à responsabilité limitée)
  • SNC (société non collective)
  • SCI (société civile immobilière)
  • SEP (société en participation)
  • SCEA (société civile d’exploitation agricole)

À savoir : si en théorie la création d’une entreprise sans apport est possible, en pratique la difficulté qui se pose est surtout le manque de crédibilité vis-à-vis d’un établissement bancaire qui aura des difficultés à octroyer un financement ou un crédit à une telle structure.

Temps gagné avec Formalizi

La création d’entreprise n’est pas forcément un parcours du combattant. Il est aujourd’hui facile pour un entrepreneur de se faire accompagner et aider à toutes les étapes du lancement de son entreprise jusqu’à son développement.

Vous avez un projet de création d’entreprise ? Ne restez pas seul, contactez un de nos experts et demandez un rendez-vous gratuit.

Commencez les démarches

Créer une entreprise

Créer une EURL en 2019: les 6 points essentiels à connaître

En ne comptant qu’un seul associé, l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) est plus protectrice…
Créer une entreprise

Diriger une EURL et être salarié, est-ce possible ?

Diriger une EURL en restant salarié, comment faire ? Que ce soit pour compléter ses…
Créer une entreprise

Quelles sont les règles applicables aux assemblées des associés en SARL ?

L’assemblée des associés est un passage obligé pour tout associé d’une Société à Responsabilité Limité…
Créer une entreprise

Quels sont les droits des associés en SARL ?

Devenir associé d’une Société à Responsabilité Limitée (SARL) est un engagement qui implique des devoirs…