5 minutes de lecture

Vous souhaitez créer votre entreprise mais vous ne savez pas comment limiter les risques ?

Toute personne ayant un projet de création d’entreprise se posera la question des risques encourus et de la façon de limiter ces risques. Une entreprise peut être le projet d’une vie, cela représente souvent un gros investissement personnel mais également un investissement financier. Avant d’entamer cette expérience, il est primordial de déceler les risques afin de les gérer au mieux.
Ces différents conseils vous permettront d’avoir une base solide afin de connaître un début d’activité plus serein et d’envisager l’avenir de votre entreprise mais aussi de votre vie personnelle avec plus de confiance.

Alors, comment faire pour aborder le plus sereinement possible la création de votre entreprise ? Formalizi vous donne les clefs dans cet article. 

Créer son entreprise en limitant les risques

1. Analyser par anticipation les risques encourus et la situation globale de votre future entreprise

En premier lieu, il est nécessaire de rappeler un conseil de bon sens : il ne faut pas se lancer sans avoir préparé et analysé le terrain de manière approfondie. Suivant le secteur dans lequel vous souhaitez créer votre entreprise, faites une analyse de marché, renseignez-vous auprès de personnes qui pourraient vous apporter des conseils, rapprochez-vous d’un expert-comptable, d’un avocat, de certains organismes spécialisés dans la création et l’accompagnement d’entreprises, des incubateurs, etc. De même, Pôle Emploi propose un accompagnement et des aides pour les créateurs d’entreprise.

De même, entourez-vous de personnes en qui vous avez confiance, d’autant plus s’il s’agit d’un associé. En effet, si un associé (qui fera donc partie de votre entreprise) est défaillant, cela peut mettre en danger votre entreprise, il faut donc connaître un minimum cette/ces personne(s).

A contrario, le fait de faire le choix d’une structure au sein de laquelle il y aura plusieurs associés permet de diviser le risque, puisque vous ne serez pas seul. De plus, au-delà de la division du risque financier, vous pourrez échanger avec votre/vos associé(s) afin de mieux anticiper et gérer les risques.

2. Choisir la structure d’exercice la plus adéquate

En second lieu, un des éléments qui pourra limiter vos risques juridiquement et financièrement parlant est votre structure d’exercice.

En effet, il existe différentes structures vous permettant d’exercer votre activité : auto-entreprise, entreprise individuelle, société civile (suivant l’activité), société commerciale (EURL, SARL, SAS …), etc. Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez vous référer à notre article dédié. 

Suivant les risques, notamment financiers, il sera opportun de créer une société permettant une limitation de sa responsabilité.

En résumé

Si l’activité que vous souhaitez développer ne vous fait pas (ou peu) prendre des risques financiers, il est envisageable de débuter simplement avec une auto-entreprise ou en tant qu’entrepreneur individuel par exemple. En effet, l’avantage de ce mode d’activité est la simplicité de création (les formalités pour une auto-entreprise s’effectuent toutes sur internet, gratuitement) et d’exercice (comptabilité très allégée).

En revanche, dès qu’il y a un risque que vous soyez débiteurs de grosses sommes d’argent; ou dès que vous souhaitez vous associer avec d’autres personnes, il est plus prudent de choisir une société avec une responsabilité limitée. Dans ce cas, chaque associé verra sa responsabilité limitée à ce qu’il aura apporté. En d’autres termes, vous ne pourrez pas perdre plus que ce que vous avez apporté à la société.

Par exemple, vous créez une SARL et vous y apportez 10 000 € de vos économies. Dans le cas où celle-ci fait faillite, les créanciers se feront payer sur les biens de la société, dont ces 10 000 €, mais ils ne pourront pas vous réclamer de les rembourser sur votre argent personnel.

3. Faire attention aux cautionnements et garanties

Ensuite, arrive très souvent qu’un dirigeant soit sollicité afin de se porter garant pour la société, pour un prêt bancaire ou autre. Il faut alors être très vigilant et surtout mesurer l’importance de cet engagement. En effet, dès lors que vous vous engagez en tant que garant, vous le serez personnellement, c’est à dire que si votre entreprise est défaillante vous devrez rembourser à sa place.

4. Conserver son activité professionnelle en parallèle

De plus, si vous avez déjà un emploi, il peut être rassurant de conserver cet emploi stable qui vous assurera des revenus réguliers dans un premier temps, et ce, tant que votre nouvelle entreprise vous le permet.

Vous trouverez un article relatif au fait d’être salarié et à la tête d’une entreprise.

5. Protéger sa famille

Enfin, il existe différents dispositifs permettant de protéger sa famille.

Tout d’abord, il existe certains dispositifs légaux permettant l’insaisissabilité de votre domicile (elle est en principe automatique), vous pouvez également effectuer une déclaration d’insaisissabilité pour un autre bien. Néanmoins, certains créanciers pourront vous demander d’écarter ces dispositifs afin que ces biens deviennent des garanties.

Puis, dans le cas où vous soyez marié ou que vous souhaitiez vous marier, vous pouvez également adapter votre régime matrimonial. En effet, en l’absence de contrat de mariage, les créanciers professionnels ont la possibilité (dans certains cas) de se payer sur les biens de la communauté en cas de défaillance. Ce point est souvent négligé par les entrepreneurs mais il est important d’avoir une réflexion sur ce sujet. Vous trouverez plus de détails sur ce point dans notre article dédié. 

Créer votre société

Créer une entreprise n’est jamais sans risques, toutefois cet article vous aura apporté plusieurs éléments de réponse permettant de limiter ces risques, afin d’avoir les clés pour un départ réussi dans l’aventure entrepreneuriale.

Vous avez encore des doutes concernant la création de votre entreprise ? N’hésitez plus et prenez rendez-vous gratuitement avec l’un de nos conseillers Formalizi. 

Commencez les démarches

Créer une entreprise

L’ACRE : définition et caractéristiques

Véritable soutien à la création d'entreprise, l'ACRE incite de nombreux porteurs de projets à se…
Gérer mon entreprise

Comment reprendre une entreprise ?

Vous souhaitez reprendre une entreprise mais vous ne savez pas quelles sont les étapes d’un…
Créer une entreprise

CGV et CGU : qu’est-ce que c’est ?

Vous avez une activité de vente ou de prestation de service et vous ne savez…
Créer une entreprise

Les Dividendes en SASU : comment les distribuer ?

La SASU est une société de capitaux, en principe assujettie à l'impôt sur les sociétés.…