5 minutes de lecture

Vous souhaitez vous lancer dans la création d’une entreprise ? C’est le bon moment ! L’entrepreneuriat a le vent en poupe en France et les procédures d’enregistrement au RCS sont de plus en plus simplifiées.

Il est certain que la création d’entreprise demande une grande part d’audace, de la motivation, mais aussi une réflexion approfondie et beaucoup de préparation. Pour passer du statut de créateur à celui de dirigeant, et réussir son projet de création d’entreprise, un certain nombre d’étapes sont à franchir.

Pour vous aider, Formalizi vous informe dans cet article sur les étapes clés de la création d’entreprise.

Comprenez tout à la création d'entreprise avec Formalizi

1. Définir votre projet de création d’entreprise

Tout projet de création d’entreprise commence par une idée. Il peut s’agir d’un concept novateur ou d’une activité existante. Que ce soit une cause qui vous tient à cœur, l’expression de votre savoir-faire, ou encore l’envie de créer une société qui réponde à des besoins client, votre idée peut avoir de nombreuses origines.

Pour réussir votre création d’entreprise, cette idée devra néanmoins se transformer à terme en un projet bien réel. Vous devrez pour cela vous assurer de sa faisabilité et des moyens à déployer pour le mettre en œuvre.

Certaines étapes sont indispensables pour réussir votre création d’entreprise. Votre parcours de porteur de projet va se confronter à des difficultés qu’il faudra surmonter, par conséquent la capacité à vous investir pleinement sera primordiale.

Bon à savoir : Si votre idée est un produit ou un procédé innovant (par exemple : un logiciel, une marque, une invention, un procédé…) pensez à protéger la matérialisation de votre idée en faisant valoir votre droit à la propriété industrielle. Renseignez vous sur www.inpi.fr.

2. L’étude de marché pour créer sa société

Souvent laissée pour compte, l’étude de marché est une étape très importante préalable à toute création d’entreprise.

Réaliser une étude sérieuse permet de tester la viabilité de votre projet, de connaître avec précision le secteur économique dans lequel votre nouvelle entreprise va évoluer et la part de marché qu’elle va prendre au sein de ce secteur. En effet, une bonne étude de marché a pour objectif principal de définir avec précision votre positionnement face à la concurrence et la valeur que votre produit ou service apporte dans son univers.

Nul besoin d’être très complexe, elle doit répondre à plusieurs questions : Quelles sont vos clients potentiels ? Quelle est la part de marché à conquérir ? Existe-t-il déjà une entreprise sur ce marché ? Quel type de produits ou de services seront vendus ? Quel chiffre d’affaire pourrez-vous réaliser ? Vous pouvez trouver des réponses par le biais d’une enquête “terrain” en allant au devant de vos clients cibles, ou encore utiliser les nombreuses ressources qu’offre internet.

L’analyse de votre future place de marché vous permettra de construire un projet solide et sera un gage de réussite.

Bon à savoir : la collecte de données en ligne permet d’obtenir des informations très précises sur le potentiel d’une activité sur un secteur géographique précis. Des études déjà effectuées par des organismes comme l’Insee ou les Chambres de Commerce vous seront d’une grande aide.

3. Le financement du projet de création de votre entreprise

Cette étape de la création d’entreprise consiste à construire un projet cohérent et viable.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, vous devez vous interroger et identifier les sources de financement que va recueillir votre entreprise lors de son lancement et dans la phase de son développement. Réunir plusieurs sources de financement est une condition de réussite principale pour présenter un business plan solide qui va convaincre votre banquier.

Vous pouvez solliciter une ou plusieurs solutions financières : un apport personnel, un prêt d’honneur, un emprunt bancaire, une recherche d’investisseurs ou encore obtenir un prêt auprès de particuliers via une plate-forme de “crowdfunding”. En fonction de votre situation et de votre projet, les dispositifs d’aide à la création d’entreprise peuvent être également un levier de financement à ne pas négliger.

À savoir : les demandeurs d’emploi, sous réserve d’éligibilité et sous conditions, peuvent profiter du dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise) qui accorde une aide financière, sous forme d’un prêt à taux zéro et sans garantie, compris entre 1000 € et 8000 € sur cinq ans maximum.

4. Choisir la structure juridique de sa société

 Il s’agit dans cette étape de définir le cadre légal dans lequel l’entreprise va exercer son activité. Le régime juridique de votre société dépendra de la nature de votre projet mais aussi de votre volonté d’entreprendre seul ou avec des associés.

En fonction de vos choix, plusieurs types de société sont possibles : en EI, EURL, SASU si vous êtes un entrepreneur solo, ou en SAS, SARL, SA si plusieurs personnes (morales ou physiques) intègrent votre projet.

Il est important de noter que la forme sociale de l’entreprise déterminera le fonctionnement et l’organisation de celle-ci, de plus d’un statut à l’autre les formalités de création, les avantages conférés au(x) dirigeant(s) et la fiscalité sont très différents.

Ces aspects méritent une attention particulière lors de la fondation d’une société, n’hésitez pas à prendre conseil pour choisir le statut juridique qui correspond parfaitement à votre projet.

5. Les formalités pour créer votre entreprise

Quelque soit votre activité et le statut juridique de votre entreprise, les premières démarches et formalités administratives se feront auprès du Centre de Formalités des Entreprises dont dépend le siège social de votre société. Le CFE est un guichet unique qui est en relation avec toutes les institutions concernées par la création ou la reprise d’une entreprise : le Greffe, l’INSEE, l’URSSAF etc.

L’objectif du guichet unique est de pouvoir vous accompagner et vous aider à réaliser les déclarations obligatoires, car pour donner vie à votre entreprise et aboutir à son immatriculation au RCS, vous allez devoir procéder à la constitution et au dépôt du dossier de dossier de création.

À savoir : Le CFE auquel vous allez vous adresser, dépend du secteur d’activité dans lequel vous exercez. Par exemple : une entreprise commerciale s’adressera à la Chambre de Commerce et d’Industrie, une entreprise artisanale à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Le site www.guichet-entreprises.fr  permet d’effectuer vos démarches en ligne de création.

Votre dossier de création est composé d’une liste de pièces administratives à fournir qui est quasiment commune quel que soit le statut de la future société. Une fois votre dossier validé et enregistré, vous recevrez le Kbis et le numéro d’identification SIREN de votre société sous 7 jours.

Les freins liés à la création d’entreprise sont nombreux, la difficulté première se présente dès le parcours administratif et juridique qui entoure les procédures d’immatriculation de la société. Se faire accompagner et conseiller sera une des clés de la réussite pour le futur dirigeant.

Une question ? Prenez rendez-vous gratuitement avec nos conseillers.

Commencez les démarches

Gérer mon entreprise

URSSAF et micro-entreprise : ce qu’il faut savoir

Si vous envisagez de vous lancer en qualité de micro-entrepreneur, vous allez obligatoirement bénéficier d’une…
Gérer mon entreprise

Comment rédiger ses CGU ?

92 % des entreprises déclarent que leur présence sur internet est indispensable ou utile à…
Créer une entreprise

5 freins à la création et comment les surmonter

Qu'importe son âge ou son milieu social, l'envie de créer son entreprise n'a jamais été…
Edito

Edito #3 : La rentrée masquée des bureaux, un pas de plus vers le télétravail ?

Le gouvernement a annoncé en ce milieu du mois d'août 2020 l'obligation de porter le…