fbpx Skip to main content

Contrairement à un travailleur salarié, le freelance doit lui-même se charger de sa comptabilité et de sa rémunération. Cela comprend la prise en compte des charges professionnelles, des cotisations sociales, etc.

Ainsi, il n’y a aucune obligation du minimum horaire. La rémunération freelance est donc librement fixée par lui-même et est négociée avec le client. Néanmoins, le coût de la prestation fixée correspond en réalité à couvrir toutes les charges qu’incombent au freelance.

Alors, comment fonctionne la rémunération d’un freelance ? Formalizi vous explique tout dans cet article. 

Comment se rémunère un freelance ?

Résumé de l’article

Les revenus du freelance soumis à la TVA

La facturation d’un freelance s’établit à chaque prestation de ce dernier. Il est important de prendre en compte la TVA dans le calcul des revenus du freelance.

Quelles sont les charges professionnelles et sociales du freelance ?

En plus de la TVA, le freelance sera aussi soumis à l’impôt qu’il pourra choisir de régler de différentes manières.

En savoir plus

1.Les revenus du freelance soumis à la TVA

La facturation du freelance est établie à chaque prestation réalisée. Il y figure plusieurs informations, dont le prix HT et TTC. On aperçoit ainsi sur la facture du micro-entrepreneur les deux prix. 

Dans le calcul du chiffre d’affaires, il est important de prendre en considération ces deux notions. Le chiffre d’affaires TTC n’est en réalité pas totalement versé au freelance. Dans ce contexte, l’auto entrepreneur collectera la TVA pour le compte du trésor public sans pouvoir y toucher. En d’autres termes, le freelance n’est qu’un intermédiaire qui va collecter la TVA auprès de ses clients lors de la facturation pour la reverser à l’État. 

Concrètement, un freelance soumis à la TVA qui réalise une prestation à hauteur de 500 € n’en conservera réellement que 400 euros. Les 100 € correspondant à la TVA seront versés à l’État.

À savoir : il est possible de négocier son Taux Journalier Moyen (TJM) hors taxes avec son client, car cela n’a aucune incidence sur celui-ci. 

2. Les charges professionnelles et sociales du Freelance

Tout comme les sociétés, les revenus d’un micro-entrepreneur sont également soumis à un impôt. Il s’agit de l’impôt sur le revenu (IR) sur le chiffre d’affaires HT. Il doit également verser des charges sociales. 

Ces charges sociales sont versées tous les mois ou tous les trimestres au prorata du chiffre d’affaires de l’année précédente. Le taux est de 12,8 % au titre d’une activité de vente et de 22 % pour une activité de service. 

En ce qui concerne l’impôt sur le revenu, il convient de distinguer deux situations : 

  • Le freelance peut opter pour un prélèvement à la source et donc une imposition au barème progressif de l’IR ;
  • La seconde option correspond au versement forfaitaire libératoire. Ce versement intervient tous les mois ou trimestres au même moment que le versement des cotisations sociales. 

En ce qui concerne les charges professionnelles, celles-ci ne sont pas déductibles au régime micro-entreprise. Concrètement, cela signifie que le freelance ne pourra pas déduire les frais professionnels engagés pour réduire son assiette d’impôt. Pour garder un seuil de rentabilité, il faudrait donc incorporer tous les frais dans la fixation des prix de vente ou de prestations de service. 

Néanmoins, en matière de TVA, le micro entrepreneur pourra récupérer la TVA sur le matériel professionnel acheté. 

À savoir : pour bénéficier du régime de versement forfaitaire libératoire, le revenu fiscal de l’année N-2 ne doit pas dépasser un certain plafond.

3. Combien gagne en réalité un freelance ? 

Après avoir exposé toutes les charges afférentes à l’exercice de votre activité, il est important de bien fixer ton Taux Journalier Moyen (TJM). Mais concrètement, combien se rémunère un freelance ?

En ce qui concerne les micro-entreprises, nous ne sommes pas en présence, à proprement parler, d’un salaire freelance mais d’un TJM. C’est ce qui correspond au revenu journalier du freelance. 

Pour vous donner une idée, on considère qu’un freelance travaille en moyenne 130 jours par an. Évidemment, c’est un taux approximatif, mais si nous devions prendre en compte la soustraction des week-ends, des congés et des repos maladie, la gestion des tâches administratives, la prospection de clients, etc. 

En prenant pour exemple un TJM de 600 €et une durée de travail annuelle de 130 jours, vous devrez prendre en compte votre rémunération en fonction des opérations suivantes : 

  • La TVA : 130*600 €correspondant au chiffre d’affaires TTC encaissé par l’auto-entrepreneur. Le montant de TVA à reverser à l’État sera de 15 600 euros. 
  • Les charges sociales : une fois la TVA reversée, vous devrez payer vos charges sociales dont le montant est de 22% à déduction du chiffre d’affaires HT. Ainsi : 62 400 €* 0,22 = 13 728 € correspondant aux charges sociales. 
  • L’impôt sur le revenu (IR) : le montant de l’IR est de 2,2%. En réalisant le même calcul que celui des charges sociales : 62 400 €* 0,022 = 13 72,8 €correspondant à l’IR. 

Après déduction de la TVA, les charges sociales et l’IR, le montant de la rémunération du freelance sera de 47 299,2 €.

À savoir : il existe également d’autres prélèvements qui viendront s’imputer aux revenus de l’auto-entrepreneur tel que la Contribution foncière des entreprises (CFE) qui est redevable chaque année.

Formalités juridiques

La rémunération d’un freelance peut varier de mois en mois et d’année en année. Il est donc important de bien cerner ses dépenses pour fixer au mieux son TJM. L’enjeu principal est de parvenir à un seuil de rentabilité. 

Vous souhaitez créer votre statut de freelance ? N’hésitez plus et prenez rendez-vous gratuitement avec l’un de nos conseillers Formalizi. 

Commencez les démarches

Fiscalité d’entreprise et charges sociales

Comment externaliser sa comptabilité ?

Lorsque vous débutez votre activité, la question de la gestion de votre comptabilité est une…
Gérer mes associés

L’actionnariat salarié : fonctionnement et avantages

Depuis longtemps en France, les pouvoirs publics ont développé des méthodes pour associer plus étroitement…
Actualité

Top 5 des livres à lire avant de créer son entreprise

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ? Pour ce faire, il faut bien…
Exercer un métier

Devenir agent immobilier indépendant : le guide complet

Un agent immobilier n’est autre qu’un professionnel réalisant des opérations sur des biens immobiliers appartenant…