7 minutes de lecture

Chaque année en moyenne, ce sont 53 000 micro-entreprises qui font faillite. Les micro-entreprises sont touchées de plein fouet par les faillites, c’est d’ailleurs le secteur le plus touché.

Toutefois, on parle malheureusement trop souvent des sociétés qui n’arrivent pas à dépasser leur premier stade de croissance. Mais qu’en-est-il de toutes celles qui y parviennent, quels sont leurs secrets ? Bien que la gestion d’une micro entreprise est ultra simplifiée, il y a des règles à respecter si vous voulez que votre activité perdure. Après avoir ouvert sa micro-entreprise, il faut pouvoir gérer sa comptabilité, c’est ce qui assurera la pérennité de votre entreprise.

Alors, comment être sûr de bien gérer sa micro-entreprise, et peut être devenir le succès entrepreneurial de demain ? Formalizi vous livre tous ses secrets dans cet article. 

Les secrets pour bien gérer sa micro-entreprise

1. Comment bien facturer ses clients ?

Tout d’abord, ce qui parait logique, nous allons aborder le sujet de la facturation. Dans le cadre de votre entreprise, vous allez devoir remplir des factures pour que vos clients puissent vous régler. Cela peut paraitre très simple de prime abord mais il y a cependant quelques règles à respecter. Il ne faut pas oublier que la facture doit être imprimée en double exemplaire : une pour le client et une pour vous.

Les mentions obligatoires à imprimer sur votre facture sont les suivantes :

  • L’identité de votre entreprise (dénomination, numéro de SIREN, adresse) et celle de votre client ;
  • La date d’émission de la facture ;
  • Le numéro de la facture, pour cela vous pouvez, par exemple, écrire F0001 pour votre première facture ;
  • La date de la vente ou de la prestation du service ;
  • La quantité, le nom précis du produit ou de la prestation de service ainsi que le prix unitaire hors TVA des produits vendus et des services rendus ;
  • Le taux de TVA applicable ou les taux applicables s’il y a eu plusieurs produits vendu ou plusieurs prestations de services rendues. À chaque ligne des différents produits ou services doit apparaitre le taux de TVA à lui appliquer ;
  • Le montant total de la TVA ;
  • Le montant total à payer hors taxes (HT) et toutes taxes comprises (TTC) ;
  • Les conditions de règlement ;
  • Les conditions d’escompte s’il y a eu un paiement anticipé ;
  • Le taux des pénalités en cas de retard de paiement ;
  • Le montant de l’indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement due par le créancier professionnel en cas de retard de paiement.

À savoir : vous avez plusieurs options concernant le choix de paiement. Pour le paiement comptant, le client doit payer le bien ou la prestation de service le jour même de la livraison ou de la réalisation de cette prestation de service. Vous pouvez opter pour un paiement à réception, c’est-à-dire qu’il y a un délai d’au moins une semaine incluant le temps de réception de la facture. Il y a également le paiement avec délai par défaut dont le délai maximal est fixé au 30ème jour suivant la réception des marchandises ou la réalisation de la prestation de service. Enfin, un autre mode de paiement est possible avec le paiement avec délai négocié, celui-ci est possible quand des clauses particulières figure aux conditions générales de ventes ou que les délais ont été discutés entre les parties, et cela peut amener le délai jusqu’à 60 jours après émission de la facture.

De plus, il y a certaines mentions qui doivent dorénavant apparaître sur votre facture. Pour les entreprises en franchise de base TVA, c’est-à-dire qu’elles sont exonérées de déclarer et de payer la TVA sur les produits qu’elles vendent ou les services qu’elles rendent, il faut qu’il y ait la mention « TVA non applicable, article 293 B du CGI » (Code Général des Impôts).

Il en va de même pour les entreprises qui ont agréés à un centre de gestion agréé ou une association, la mention « membre d’une association agrée, le règlement par chèque est accepté » doit figurer sur la facture.

Enfin, n’oubliez pas de conserver toutes vos factures de vente, d’achat et de prestation de service.

2. La tenue d’un livre des achats et des recettes

Afin de mieux appréhender ce que les clients doivent vous régler et ce que vous avez acheté, vous devez faire vos comptes, pour cela un livre d’achat de vos fournitures et des recettes peut être utile.

Pour votre livre d’achat, il ne faudra pas oublier de joindre les justificatifs de paiement ainsi que d’écrire ce que vous avez acheté et l’organisme à qui vous avez acheté les produits. La façon dont le règlement a été effectuée peut aussi apparaître sur ce registre.

Pour votre livre de recette, il faudra écrire le nom du client, le montant de votre opération et comment celui-ci règle.

La tenue de ces livres vous permettra de suivre l’activité de votre entreprise avec précision, savoir si celle-ci est rentable et surtout suivre le seuil du chiffre d’affaire.

En effet, si vous souhaitez rester micro-entrepreneur, il y a un chiffre d’affaire à ne pas dépasser. Si votre activité concerne la vente de biens, il ne faudra pas dépasser 176 200€ de chiffre d’affaire ou 72 500€ pour les micro entreprises se trouvant dans le secteur de prestations de services.

À savoir : ces chiffres sont déconnectés des entreprises en franchise de base TVA, pour ces entreprises le seuil à dépasser est de 82 800€ pour les entreprises relevant de la vente de biens et de marchandises ainsi que de 33 200€ pour les entreprises de prestations de services.

La tenue de ces livres s’avère donc très importante pour éviter un dépassement ce ces seuils de chiffre d’affaire. 

Enfin, n’oubliez pas de déclarer votre chiffre d’affaire dans les délais. Sachez que si vous ne faites pas de chiffre d’affaire (0€), n’oubliez pas quand même de le déclarer sous peine de payer des pénalités.

3. Comment déclarer mes recettes ?

Vous devez déclarer les recettes mensuellement ou trimestriellement afin de vous acquitter des cotisations sociales. Ces déclarations peuvent être effectuées en ligne, par la suite le règlement des prélèvements sociaux et fiscaux seront réglés par télé-règlement le jour de l’échéance.

Le chef d’entreprise doit chaque année reporter le montant total des recettes encaissées sur sa propre déclaration d’impôt sur le revenu (Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques).

Créer votre société

gérer correctement son entreprise revient donc finalement à peu de chose : la rigueur en est l’élément principal. Pour ne pas risquer de se perdre dans sa comptabilité, il y a des règles simples à suivre. Ces règles ne sont pas compliquées mais peuvent assurer la pérennité de votre entreprise. Il y a d’autres règles aussi à respecter en dehors d’un cadre légal comme relancer les clients qui n’ont pas encore payés, prévoir des projets à court terme mais aussi à moyen et long terme. N’hésitez surtout pas à anticiper des problèmes de trésorerie. Faire des tableaux Excel pour suivre vos dépenses et recettes peuvent aussi vous être utiles.

Vous désirez être accompagné dans la création de votre micro-entreprise ? N’hésitez plus et prenez rendez-vous gratuitement avec l’un de nos conseillers Formalizi. 

Commencez les démarches

Gérer mon entreprise

Peut-on démissionner sans préavis ?

Vous doutez de l’obligation de faire un préavis lors de votre départ de l’entreprise ? Cet…
Créer une entreprise

Dans quels secteurs entreprendre post-confinement ?

Pendant la période de confinement, certains d’entre vous ont peut-être vu une idée de génie…
SAS

Domiciliation commerciale pour une SAS : Quels avantages ?

Lorsqu’on crée une SAS (société par actions simplifiée), l’une des premières étapes consiste à définir…
Créer une entreprise

5 choses à savoir avant toute création d’entreprise

En matière de création d’entreprise le risque d’échec est important. En effet 50 % des…

Questions fréquentes

Est-ce que je dois avoir un compte en banque dédié à mon activité de micro-entreprise ?

Vous n’êtes pas obligé d’ouvrir un compte en banque spécialement dédié à votre activité professionnelle. Cependant, il faudra ouvrir un compte dédié si votre chiffre d’affaire a dépassé pendant 2 années civiles consécutives 10 000€. Votre compte n’est pas obligé d’être un compte bancaire professionnel, cela peut être un autre compte personnel mais consacré à votre activité professionnelle. Bien que vous ne soyez pas obligé d’ouvrir un compte juste pour votre activité professionnelle, cela est quand même conseillé afin de suivre votre chiffre d’affaire.

Est-ce que je dois prendre une assurance pour mon activité de micro-entreprise ?

Votre assurance responsabilité civile ne suffit pas, vous devez donc souscrire à une assurance professionnelle comme une assurance « responsabilité civile professionnelle » et/ ou une assurance multi-risques ou une autre spécifique à votre activité.

Que se passe-t-il si mon chiffre d’affaire dépasse le seuil autorisé pour les micro-entrepreneurs ?

Si votre chiffre d’affaire hors taxe dépasse le seuil du chiffre d’affaire 2 années consécutives N-2 et N-1, vous serez imposé d’après un régime réel d’imposition à compter de l’imposition des revenus de l’année N, quel que soit les revenus que vous avez effectués en l’année N.

Pascal

Pascal

Entrepreneur curieux et passionné !