Vous avez commencé la rédaction de votre business plan et vous êtes motivé(e) à l’idée de concrétiser votre projet entrepreneurial ? C’est l’état d’esprit à avoir !

Toutefois, il vous faudra faire attention à ne pas négliger certains points dans votre business plan et à ne pas réaliser certaines erreurs assez fréquentes qui peuvent rendre un business plan bancal.

Formalizi vous liste ici cinq erreurs classiques à ne pas reproduire lorsque l’on rédige son business plan.

Les 5 erreurs à éviter lorsque l'on rédige son business plan

Résumé de l’article

Bâcler l'étude de marché et l'étude de la concurrence

Même si les aspects financiers d’un projet sont très importants, la première étape préliminaire de définition est fondamental : sans besoin, pas de marché pour votre produit !

Manquer d'esprit critique sur son offre

De même, il est très important au début de votre projet d’identifier ses potentielles faiblesses et menaces par rapport au marché. Trop de confiance peut tuer votre projet !

En savoir plus

Faire des prévisions financières irréalistes

Toutes prévisions financières irréalistes seront préjudiciables pour le futur de votre projet, notamment auprès de banques ou de potentiels investisseurs.

Négliger les aspects juridiques du projet

Il est fondamental, dès l’idéation de votre projet, de réfléchir aux aspects juridiques : choix de la forme juridique, du ou des associés, du capital…

En savoir plus

Avoir un business plan peu soigné

Dans un bon business plan, la forme est aussi importante que le fond. Un business plan concis et clair aura beaucoup plus d’impact et sera mieux accueilli.

En savoir plus

1. Bâcler l’étude de marché et l’étude de la concurrence

Certains business plan se focalisent en priorité sur les aspects financiers du projet. C’est évidemment l’une des parties essentielles, mais elle ne doit surtout pas prioriser l’étude de marché. Gardez à l’esprit qu’un projet d’entreprise doit se fonder sur un besoin réel qui a été identifié auprès d’une catégorie de personne particulière. S’il n’y a pas de besoin, il n’y a pas de marché.

De manière assez rare, il peut arriver qu’une entreprise crée le besoin en lançant un produit ou un service novateur qui n’existait pas jusqu’ici et que des clients adoptent par la suite (par exemple les premiers réseaux sociaux avec les entreprises du digital). Mais il y a davantage d’exemples d’entreprises qui n’ont pas réussi à créer le besoin qu’elle entendaient vendre. Une étude de marché solide dans laquelle vous identifiez clairement un besoin auprès d’une population précisément délimité (âge, statut, nombre, pouvoir d’achat…) permettra de vous rassurer sur le potentiel de ce que vous souhaitez commercialiser.

Autre aspect essentiel à envisager dans votre étude de marché : la concurrence. Si un besoin est identifié, il y a fort à parier que d’autres entreprises existent déjà. Il faut alors les connaitre : combien y a-t-il de concurrents ? Quelles sont les caractéristiques des produits qu’ils proposent ? Leur activité est-elle en croissance ou en déclin ?

Il faut aussi comprendre ce que votre projet aura de mieux par rapport à ces concurrents afin de savoir si vous pourrez leur prendre des parts de marché. Il y a plusieurs manières d’être compétitif : par les prix, par le positionnement, l’image de marque…

À savoir : c’est paradoxal mais la présence de concurrents n’est pas forcément une mauvaise chose car cela peut vous rassurer sur le besoin que vous avez identifié. Inversement, s’il n’y pas de concurrent, prudence car cela peut indiquer que personne n’a encore réussi à investir le marché. C’est alors à vous d’étudier pourquoi vos prédécesseurs, s’il y en a eu, n’ont pas réussi à faire durer l’activité.

2. Manquer d’esprit critique sur son offre

Ce n’est pas le tout d’identifier précisément un besoin, il faut maintenant créer une offre de produit ou de service qui réponde efficacement à ce besoin. C’est nécessaire dans l’optique d’avoir un produit plébiscité par les consommateurs.

Être critique sur son offre nécessite de passer en revue toutes les forces et les faiblesses du projet. Pour cela, l’outil classiquement utilisé est la matrice SWOT (Strengh – Weaknesses – Opportunities – Threats) qui permet de lister les points positifs et négatifs du projet, qu’ils soient intrinsèques ou extrinsèques.

Modèle de matrice SWOT

Utiliser ce schéma permet de visualiser facilement les forces et faiblesses du projet. C’est un outil de diagnostic très efficace pour faire un état des lieux du produit ou service que vous entendez commercialiser et vérifier qu’il pourra performer sur le marché.

3. Faire des prévisions financières irréalistes

Vos prévisions financières sont déterminantes car elle vous permettront de vérifier que votre entreprises peut être viable et servent à estimer le financement nécessaire pour votre activité.

En effet, une entreprise peut très rarement s’autofinancer dès le lancement, c’est à dire que les rentrées d’argent de l’activité ne parviennent pas à couvrir les frais de fonctionnement. Il faut donc des apports internes (apports des associés) ou externes (investisseurs, prêts…) pour couvrir ces frais durant tout la période où vous ne serez pas autosuffisant.

Par ailleurs, les estimations financières seront scrutées avec intention par les interlocuteurs de l’entreprise, comme les banques et les investisseurs qui voudront vérifier la viabilité du projet.

Le risque est alors de surévaluer les prévisions financières de l’activité de manière à paraître très attractif et de pouvoir facilement convaincre les personnes extérieurs au projet.

Ce n’est pas conseillé car vos interlocteurs pourront exiger que vous rendiez des comptes si vos chiffres s’avèrent bien inférieurs aux prévisions a posteriori, et vous risquez de vous induire vous-même en erreur. Il est donc vital que vous justifiez chaque hypothèse de parts de marché, de chiffre d’affaire ou encore de coûts prévisionnels en vous basant sur votre étude de marché et autres enquêtes que vous avez dû faire avant de réaliser vos prévisions financières.

4. Négliger les aspects juridiques du projet

De nombreuses questions juridiques se posent dès la conception du business plan. Faut-il exercer sous forme individuelle ou sous forme sociétaire ? Comment choisir la forme sociétaire adéquate ? Quelle conséquence sur la fiscalité ? Ces questions ne doivent pas être évacuées car le choix de la forme juridique peut faciliter (ou complexifier) votre activité.

Exercer sous forme sociétaire pourra être intéressant dès lors que vous envisagez de vous associer à quelqu’un pour mettre en commun des compétences ou du capital. Dans ce cas, il pourra être utile d’opter pour une SAS ou une SARL. Inversement, si vous envisagez de commencer seul votre activité, partez plutôt sur une SASU ou une EURL.

Vous ne savez pas quelle forme juridique choisir ? Effectuez notre test en ligne !

5. Avoir un business plan peu soigné

Dans un business plan, la forme est aussi importante que le fond. Une fois que votre business plan aura l’essentiel des informations, que les prévisions financières seront correctement modélisées, que vous aurez une présentation exhaustive de votre produit ou service, encore faut-il que votre dossier soit présenté de manière impeccable.

Un business plan mal organisé ou visuellement peu attracif peut très vite vous desservir. Les lecteurs de votre business plan n’auront pas toujours beaucoup de temps à vous consacrer, il doit donc être percutant et faire bonne impression.

Une synthèse introductive doit présenter en deux page le projet, le business plan doit être organisé et structuré autour des 9 grands thèmes abordés dans cet article, et les aspects techniques (du produit, de l’étude de marché, des prévisions financières) doivent figurer en annexe afin de ne pas surcharger le corps du business plan.

À savoir : n’hésitez pas à intégrer des graphiques, des visuels ou des tableaux. Cela donnera un aspect convaincant à votre business plan.

Créer votre société

Vous l’aurez compris, il peut être difficile de rédiger un business plan convaincant. Toutefois, en évitant ces 5 écueils, vous vous assurez déjà d’avoir un premier rendu assez solide pour présenter votre projet ! 

Vous voulez créer votre entreprise et souhaitez être accompagné dans toutes les démarches ? N’hésitez plus et prenez rendez-vous gratuitement avec l’un de nos conseillers Formalizi.

Commencez les démarches

Gérer mon entreprise

Qu’est-ce que la RSE ?

La RSE (La responsabilité sociale des entreprises) est de plus en plus prise en compte…
Actualité

2021 : qu’est-ce qui change pour la création d’une société ?

La loi Pacte, projet majeur de réforme du gouvernement d’Edouard Philippe, entre pleinement en application…
Gérer mon entreprise

Qu’est-ce que le Comité Social et Économique (CSE) ?

Obligatoire dans certaines entreprises depuis 2020, le CSE, Comité Social et Économique remplace les anciens…
Créer une entreprise

L’attestation de non-condamnation et de filiation, qu’est-ce que c’est ?

Plusieurs pièces justificatives sont demandées par l’administration compétente lors de la demande d’immatriculation de votre…